Anthropologie de la nature et des animaux

L’anthropologie de la nature et des animaux se consacre à l’étude des modes de relation et de communication qui se nouent dans diverses sociétés humaines entre les humains et les « autres qu’humains » (animaux, végétaux, esprits, phénomènes météorologiques, etc.) qui peuplent leur environnement.
En s’appuyant sur les travaux de chercheurs comme Philippe Descola, Tim Ingold ou Bruno Latour, l’un des enjeux de l’anthropologie de la nature et des animaux est de rendre compte d’ontologies (des manières d’envisager et d’organiser les entités qui composent le monde) qui ne reposent pas sur les classiques distinctions nature/culture, homme/animal et vivant/non vivant de nos sociétés occidentales. C’est pourquoi cette discipline se présente aujourd’hui comme susceptible de contribuer à l’invention de nouveaux rapports à la nature et aux animaux. Comme toute anthropologie, elle s’appuie sur des ethnographies attentives susceptibles de se déployer aussi bien dans notre propre société (l’étude de la chasse en Ardennes) que dans des sociétés exotiques (étude du rapport à la forêt dans une réserve du Cameroun).