[Événements] Clôture du projet ChildHerit

25/06/2019

chilherit-peintureEntre le 25 et le 29 juin, divers événements clôtureront le projet ChildHerit, croisant patrimoine, enfance et développement, auquel plusieurs membres de la FaSS (LASC) ont participé durant trois ans : un colloque international, un atelier prospectif, une exposition photos, des "ateliers patrimoine", et une université populaire. L'événement se déroulera au Mexique, mais l'exposition photos fera une halte à Liège, en 2020, lors de son périple en Europe.

 

Programme :

25-26 juin 2019 : Colloque international "L'enfant dans la patrimonialisation. Leçons, défis, perspectives"

 

ARGUMENTAIRE L’une des principales ambitions du patrimoine, en tant que dispositif essentiel des politiques culturelles contemporaines, est de permettre de transmettre « aux générations futures » tout un ensemble de ressources matérielles et immatérielles dans le souci de conserver et de renforcer l’identité des groupes comme l’autonomie des sociétés auxquels ces ressources se rattachent. Or, en dépit de ce mot d’ordre à vocation universelle, voire universaliste, force est de constater que les enfants, qui sont censés incarner les « générations futures », restent peu pris en compte en tant qu’acteurs susceptibles de créer, de partager et de participer activement à la valorisation et à la transmission des richesses patrimoniales. L’ambition du colloque est d’interroger, à partir d’enquêtes de terrain, les représentations, les pratiques et les discours des enfants sur le patrimoine en mettant ces derniers au cœur de la réflexion sur la transmission patrimoniale, et sur leur rôle moteur dans sa mise en œuvre. Le colloque porte donc à la fois sur les conceptions du patrimoine du point de vue des enfants et sur la capacité des enfants à orienter la conservation, la transformation et le sens du patrimoine, pour en faire une véritable ressource (à la fois économique, sociale, culturelle, politique ou encore religieuse) permettant de contribuer au développement local. À partir de ces constatations, des paradoxes qui en découlent et des ambitions qu’elles peuvent nourrir, le colloque veut contribuer à donner des éléments de réponse à des questions d’ordre théorique, méthodologique et épistémologique sur les liens entre enfance, patrimoine et développement. Dans quelle mesure peut-on parler de patrimoine spécifiquement enfantin ? Comment transmettre un patrimoine aux enfants s’ils ne le reconnaissent pas en tant que tel ? Quels sont la place et le rôle des enfants en matière de conservation et de valorisation patrimoniale ? Quels sont les enjeux de l’implication des enfants dans la recherche ? Comment travailler sur le patrimoine des enfants et l’intégrer à l’agenda des politiques culturelles ? Afin de répondre à ces questions et d’en aborder d’autres, les contributions partiront d’études de cas en mettant l’accent sur la mise en perspective des points de vue des adultes et des enfants sur le patrimoine, et sur les formes d’implication des enfants dans les dynamiques de transmission patrimoniale. Les contributions permettront plus généralement de revisiter les notions de transmission et de participation, en lien à l’enfant, qui sont fondamentales en sciences sociales.

 

PROGRAMME COMPLET DU COLLOQUE :  ici

 

27 juin 2019 : Atelier Prospectif

28 juin 2019 : Inauguration de l'exposition photo "Primero los niños y el patrimonio"

29 juin 2019 : Université populaire

 

 

 

 

 

L'Université de Liège et la Haute École de Namur-Liège-Luxembourg organisent, dès la rentrée 2020-21, un nouveau certificat proposant de repenser la place et la parole de l’enfant en contextes.

Cette journée d'étude, organisée par Léo Mariani (MNHN), Véronique Servais (ULiège) et Julien Blanc (MNHN), prend comme point de départ l’hypothèse selon laquelle le monde perçu est, à bien des égards, intrinsèquement instable, et qu’il revient à des dispositifs techniques, au sens large, de le stabiliser et/ou de stabiliser les façons que l'on a d'entrer en relation avec lui. Ces dispositifs stabiliseraient à la fois la perception, les affects et le sens attachés à une situation, autrement dit des manières de se relier à l’environnement. Rares sont en effet les humains qui, au quotidien, ne concilient pas avec une pluralité d'êtres et de formes de rapports au monde. C'est pourquoi il nous a semblé intéressant de porter l'attention sur ce qui, dans des contextes à chaque fois singuliers, permet de stabiliser des formes de relations et de définitions du monde.