[Cycle de conférences du LASC] Asuncion Fresnoza-Flot : “Mobilité contextuelle dans les espaces sociaux transnationaux: expériences des femmes migrantes thaïlandaises en couple avec des belges”

21/02/2019

“Mobilité contextuelle dans les espaces sociaux transnationaux: expériences des femmes migrantes thaïlandaises en couple avec des belges”

21 février de 15h à 17h, Salle Mahaim (+1, aile gauche, bât. B31, Place des orateurs 3, 4000 Liège/Sart-Tilman)

Conférence de Asuncion Fresnoza-Flot (chercheure qualifiée F.R.S.-FNRS, maître d’enseignement au Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, ULB)

CLa mixité conjugale implique le plus souvent un déplacement d’un pays vers un autre d’au moins un des partenaires du couple dit « mixte » (dont les conjoints possèdent des origines nationales et socioculturelles différentes). La reproduction sociale de ce couple et sa survie au cours du temps sont fonction de la mobilité contextuelle des partenaires, c’est-à-dire, des manières dont ils se positionnent sur les plans physique, cognitif, émotionnel et temporel dans des situations ou cadres souvent chevauchants et caractérisés par des rapports et hiérarchies de pouvoir. Afin d’éclaircir la façon dont cette mobilité se déroule concrètement, cette présentation se penchera sur le cas des femmes migrantes thaïlandaises en couple avec des belges. L’analyse des données empiriques issues d’entretiens et d’observations ethnographiques effectués en Belgique entre 2012 et 2015 identifie les contextes dans lesquels les femmes thaïlandaises se montrent mobiles: contextes langagiers, culinaires et politico-économiques. Ces contextes se situent dans les espaces sociaux transnationaux des migrantes thaïlandaises dans lesquelles les normes socioculturelles et légales de leur pays d’origine et de leur société d’accueil interagissent fréquemment. Leur détermination personnelle, leurs ressources économiques et leurs réseaux sociaux permettent aux femmes thaïlandaises d’être mobiles dans différents contextes.