La Nuit des Chercheurs • Le patrimoine… et les enfants d’abord !

28/09/2018 - Médiacité, Liège


Organisée chaque année, la Nuit des Chercheurs est un évènement permettant aux chercheurs de toutes disciplines d'aller à la rencontre du public à travers diverses activités. Ce 28 septembre, des anthropologues du LASC seront présents et y présenteront le projet ChildHerit.

En quelques décennies, l’intérêt de la société civile, des médias et des politiques publiques n’a cessé de croître, mais de manière désarticulée, tant pour les patrimoines que pour l’enfance et les enfants… ChildHerit ambitionne de montrer que, loin d’être des domaines séparés, patrimoine, enfance et développement doivent être pensés conjointement dans une perspective anthropologique, historique et comparative !

Cette activité vous propose de découvrir le métier d’anthropologue et les études en anthropologie, de sortir des définitions habituelles du patrimoine, d’échanger et de partager à propos du patrimoine et des phénomènes de patrimonialisation (à partir des terrains réalisés au Mexique, au Togo, en Belgique, etc.) en prenant pour focale les enfants et l’enfance !

 

→  Plus d'infos sur le site de Réjouisciences


iconeDocument 
Affiche

 

Quand :

Vendredi 28 septembre 2018, de 17 à 21h

 

Où :
Médiacité Liège, boulevard Raymond Poincaré, 7. 4020 Liège

 

L'Université de Liège et la Haute École de Namur-Liège-Luxembourg organisent, dès la rentrée 2020-21, un nouveau certificat proposant de repenser la place et la parole de l’enfant en contextes.

Cette journée d'étude, organisée par Léo Mariani (MNHN), Véronique Servais (ULiège) et Julien Blanc (MNHN), prend comme point de départ l’hypothèse selon laquelle le monde perçu est, à bien des égards, intrinsèquement instable, et qu’il revient à des dispositifs techniques, au sens large, de le stabiliser et/ou de stabiliser les façons que l'on a d'entrer en relation avec lui. Ces dispositifs stabiliseraient à la fois la perception, les affects et le sens attachés à une situation, autrement dit des manières de se relier à l’environnement. Rares sont en effet les humains qui, au quotidien, ne concilient pas avec une pluralité d'êtres et de formes de rapports au monde. C'est pourquoi il nous a semblé intéressant de porter l'attention sur ce qui, dans des contextes à chaque fois singuliers, permet de stabiliser des formes de relations et de définitions du monde.