Laboratoire d'Anthropologie Sociale et Culturelle

Le LASC a été fondé en 2008, dans la foulée de la création du Master en Anthropologie de la Faculté des Sciences Sociales de l’Université de Liège. Il a pour principale ambition d’offrir aux enseignants et aux chercheurs un espace de discussion et d’échange des idées, une condition essentielle à la qualité des travaux et des enseignements. En plus de favoriser les synergies entre enseignants-chercheurs en anthropologie de l’ISHS, le LASC souhaite constituer un lieu d’enseignement par la recherche pour les doctorants et les étudiants avancés.

 

Le Laboratoire défend une ouverture théorique aux approches représentées au sein de la discipline et veille à ne pas se fermer en matière de thèmes, de problématiques ou de terrains. Il reste à l’écoute des perspectives nouvelles qui s’offrent à l’anthropologie et encourage les jeunes chercheurs à travailler sur ce qui les intéresse, cette motivation personnelle constituant un gage pour la qualité de leurs travaux. Dans un premier temps, toutefois, le Laboratoire entend capitaliser l’expertise de ses membres en privilégiant leurs axes de recherche privilégiés:

 

L’identité du LASC se marque également par une orientation empirique forte puisque, tout en cultivant l’ambition théorique, le Laboratoire privilégiera les recherches ethnographiques, qui reposent sur une solide expérience de terrain.Le Laboratoire est ouvert à tous les chercheurs en sciences humaines et sociales de l'Université de Liège intéressés par l’anthropologie et adhérant à ce projet.

 

LASC couleurs

NEWS

NEWS

11/08/2020

Marie Schnitzler vient de publier deux articles en anglais dans lesquels elle développe une approche anthropologique de la relation entre des personnes en situation de handicap et l'État, en Afrique du Sud.

02/07/2020

L'Université de Liège et la Haute École de Namur-Liège-Luxembourg organisent, dès la rentrée 2020-21, un nouveau certificat proposant de repenser la place et la parole de l’enfant en contextes.

01/07/2020

Cette journée d'étude, organisée par Léo Mariani (MNHN), Véronique Servais (ULiège) et Julien Blanc (MNHN), prend comme point de départ l’hypothèse selon laquelle le monde perçu est, à bien des égards, intrinsèquement instable, et qu’il revient à des dispositifs techniques, au sens large, de le stabiliser et/ou de stabiliser les façons que l'on a d'entrer en relation avec lui. Ces dispositifs stabiliseraient à la fois la perception, les affects et le sens attachés à une situation, autrement dit des manières de se relier à l’environnement. Rares sont en effet les humains qui, au quotidien, ne concilient pas avec une pluralité d'êtres et de formes de rapports au monde. C'est pourquoi il nous a semblé intéressant de porter l'attention sur ce qui, dans des contextes à chaque fois singuliers, permet de stabiliser des formes de relations et de définitions du monde.

25/05/2020

Parution de deux articles :

- Le projet Jonathan : aménager un environnement autour d'un enfant porteur d'autisme, paru dans la revue "Anthropologie et Santé" 
-  La psychologie animale : une psychologie sans sujet ? à paraître dans les "Cahiers d'Anthropologie Sociale".

13/12/2019
Journée d’étude : Dialogue interdisciplinaire autour du sang
Le 13 décembre 2019 de 13h à 18h
Salle Mahaim (Université de Liège, Sart Tilman - B31, aile gauche, +1)